Master en anglais

Véritables artisans des nouvelles technologies, l’ingénieur·e physicien·ne présente un profil rare. Grâce à sa maîtrise des principes fondamentaux des mathématiques et de la physique, il/elle est capable de créer des solutions innovantes pour des applications de pointe en s’appuyant sur les méthodes d’expérimentation, de modélisation et de simulation numérique les plus avancées. Cette grande capacité d’abstraction l’amène à travailler dans la recherche et le développement dans toute une série de domaines tels que la photonique, les technologies radio-médicales, le génie nucléaire, la physique des plasmas ou l’information quantique.

Voir le programme de cours

Formation

La formation propose dès la BA3 des cours de mathématiques appliquées et de physique fondamentale (physiques quantique, nucléaire, atomique, des semiconducteurs, optique physique, etc.).

En première année de Master, des cours d’introduction à la physique atomique et nucléaire côtoient des enseignements plus appliqués comme la physique des lasers ou la physique des réacteurs nucléaires. Les étudiant·es visitent d’ailleurs une centrale nucléaire (Tihange) et réalisent des travaux sur simulateur et sur réacteur de recherche. Côté projets, ils/elles ont le choix : projet d’ampleur en collaboration avec une entreprise ou un institut de recherche, coopération au développement ou projet Polydaire.

La deuxième année du Master offre aux étudiant·es deux options : photonique et radiophysique médicale. Le programme est complété par un stage optionnel en entreprise et un large choix de cours, parmi lesquels une semaine de cours et de visites au CERN. Enfin, le mémoire de fin d’études permet une initiation à la recherche appliquée et fondamentale.

Et après ?

L’ingénieur·e physicien·ne travaille généralement dans la recherche industrielle de pointe, la recherche scientifique, l’industrie de l’énergie, le contrôle nucléaire et la radiophysique médicale, les applications médicales ainsi que les télécommunications optiques et la photonique.

Cependant, les métiers des ingénieurs civils physiciens sont en pratique extrêmement variés et recouvrent également tous les secteurs industriels où la physique et les mathématiques appliquées sont présentes, comme les télécommunications, les technologies de l’environnement, la microélectronique, l’informatique, ainsi que les secteurs économiques où les capacités de modélisation des ingénieurs civils physiciens sont particulièrement appréciées, en particulier dans le secteur bancaire et financier et les assurances.

Mis à jour le 9 octobre 2020