Publié le 27 janvier 2021 Mis à jour le 9 février 2021

Le gouvernement wallon a approuvé l’octroi de 32 millions d’euros par le SPW-Recherche au projet ARIAC, un ambitieux plan de recherche sur l’intelligence artificielle qui mobilisera une soixantaine de chercheurs pendant 6 ans au sein du TRAIL Institute. Le LISA et CoDE-IRIDIA sont de la partie.

Top départ pour le projet ARIAC ! En décembre, le gouvernement wallon a approuvé l’octroi de 32 millions d’euros par le SPW-Recherche au tout premier plan de recherche du TRAIL Institute, dédié à l’intelligence artificielle (IA). Étalé sur six ans, le budget permettra d’engager une soixantaine de chercheurs sur la création d’outils informatiques basés sur une intelligence artificielle de confiance. Objectif ? Offrir un avantage compétitif au tissu industriel wallon dans les domaines de la médecine, des médias, de la mobilité, de l’industrie manufacturière, de l’énergie, de la construction, de la gouvernance et de l’éducation.

Le projet ARIAC ( pour « Applications et Recherche pour une Intelligence Artificielle de Confiance ») s’articule autour de 5 WP (Work Package):

  1. Interaction humain-IA
  2. Mécanismes de confiance pour l’IA
  3. Intégration modèles-IA
  4. Implémentations optimisées de l’IA
  5. TRAIL Factory

Christine Decaestecker, directrice du LISA, assure la coordination du WP1 « Interaction Humain-IA », auquel participent toutes les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles. « LE WP1 se concentre sur la mise en place d’échanges entre intelligence artificielle et humains, ouvrant des perspectives d’application dans des domaines sensibles tels que la médecine ou la justice, explique la professeure et chercheuse. Si ces applications peuvent inquiéter le public dans un premier temps, les interactions entre humains et IA permettent de réintroduire l’expert du domaine à des étapes clés, avec des retours extrêmement bénéfiques pour les deux parties ». Ces échanges peuvent en effet permettre à l’IA d’améliorer les performances de ses algorithmes, d’une part, et aux humains, d’autre part, d’optimiser des processus complexes, de faciliter la prise de décision et d’extraire de précieuses connaissances. Se construit alors une véritable confiance des utilisateurs dans l’IA.

CoDE-IRIDIA participe quant à lui à plusieurs Work Packages sur les questions en lien avec les algorithmes et leur utilisation dans une perspective sociétale.  L’essentiel de son apport sera de mettre l’IA véritablement au service du bien commun, comme pour l’amélioration de la mobilité dans les villes, des algorithmes de recommandation avec un impact sociétal positif, de la gestion de la santé publique ou de la facilitation de l’accès à l’emploi.