Publié le 8 avril 2019 Mis à jour le 5 juin 2019

L'équipe pour le Cambodge est désormais formée ! 24 étudiants de BA1 et MA1 s'envoleront avec l'équipe pédagogique vers Phnom Penh et l'Institut de Technologie du Cambodge en juillet.

Le projet "Pepper Challenge" de l'École polytechnique de Bruxelles touche à sa fin. Après avoir sélectionné 11 groupes d'étudiants de BA1 sur base de leurs bons résultats et examiné une trentaine de candidatures, l'équipe pédagogique a choisi 11 étudiants de première année pour compléter l'équipe qui se rendra à Phnom Penh en juillet. Ils accompagneront ainsi les 13 étudiants de Master déjà sélectionnés et l'équipe pédagogique dans l'élaboration de séchoirs de poivre à énergie solaire à l'Institut de Technologie du Cambodge. Au total, ce sont donc pas moins de 24 étudiants qui partiront avec la Codepo. Une première pour la cellule qui a fêté ses 12 ans d'existence. 

Des étudiants en ébullition

"Quand j'ai appris que j'étais sélectionné, j'étais super content, d'autant plus que les trois autres étudiants de mon groupe partent également. Ce voyage va nous permettre de faire aboutir notre prototype de séchoir de poivre, de resserrer les liens entre nous et de rencontrer les MA1, qui connaissent plein de choses sur l'École", se réjouit Antoine Trillet, BA1 ingénieur civil. Du côté des étudiants de Master, l'enthousiasme est également palpable. "C'est une opportunité incroyable, qui n'arrive qu'une seule fois dans une vie", explique Sophie Bernard, MA1 électronique. "Je ne me serais pas vue postuler s'il n'y avait pas une dimension technique, mais ce projet rassemble tout. On va pouvoir rencontrer et travailler avec des Cambodgiens, découvrir leur culture, leur façon de fonctionner... Et puis comme on se connait tous bien, je suis persuadée que ça va marcher", assure-t-elle, positive. 

L’objectif de la mission sera d’offrir des conditions de séchage optimale aux coopératives et cultivateurs de poivre cambodgiens afin d’assurer la production d’un poivre de qualité. « Cette maîtrise du processus de séchage permettra aux Cambodgiens d’exporter directement leur produit, ce qui favorisera le développement économique de la région », explique Frédéric Debaste, chargé des relations avec les partenaires sur place.

Un projet d’ampleur

Le projet, mené par la Cellule de coopération au développement de l’École polytechnique de Bruxelles (Codepo) avec le soutien de Fluxys, est inédit de par son ampleur : il aura mobilisé, tout au long de l’année, 250 étudiants de première année, 30 étudiants de Master et des dizaines de professeurs, assistants et techniciens. « C’était une première pour la Cellule, mais nous sommes déjà très fiers du résultat, tant sur le plan technique – les séchoirs retenus sont très efficaces -, que sur le plan humain, car les étudiants se sont donnés à 100% », note Benoît Haut, responsable académique du projet, avant d’ajouter : « Il reste encore du travail sur place, mais nous sommes confiants ! » Bilan à leur retour, le 7 août.

Partenaire(s)
Avec le soutien de :
Logo Fluxys