Publié le 1 juillet 2019 Mis à jour le 10 juillet 2019

Alors que les villes ne cessent de croître, la question de leur durabilité sur le plan énergétique pose question.

On estime que les villes consomment près de 65% de l’énergie globale. Pourtant, chaque semaine, 1 million de personnes s’ajouteraient à la moitié de l’humanité vivant déjà dans les villes. Un constat qui soulève le problème de la durabilité de nos villes sur le long terme.

Yves Bettignies, Aristide Athanassiadis et Philippe Bouillard -École Polytechnique de Bruxelles- ont cherché à comprendre quels facteurs influencent les comportements énergétiques des villes à travers le monde. Si les dernières études montrent qu’il est possible de prédire la consommation énergétique des mégapoles uniquement sur base de leur densité de population, leur publication soulève pourtant une réalité bien plus complexe.

En effet, en travaillant sur les données de 10 villes et plus de 500 territoires infra-urbains, ils ont pu montrer que les facteurs qui permettent de prédire la consommation des villes varient avec l’échelle d’observation – macro (l'ensemble de la ville) et micro (ex : les communes). Ils montrent également que les facteurs de consommation à l’échelle micro ne sont en fait pas généralisables, variant de ville en ville. Ceci souligne l’importance d’étudier les consommations urbaines par des modèles multiéchelles afin que les résultats et politiques qui en découlent puissent être les plus soutenables et effectifs.

Contact
Service Communication Recherche :