Publié le 6 juillet 2021 Mis à jour le 6 juillet 2021

Intitulé "Green Vibes", le projet de BA1 2021-2022 se concentrera sur la récupération d'énergie à partir des vibrations.

Green Vibes
Arnaud Deraemaeker, aux côtés de Dimitri Piron et Cédric Dumoulin, concepteurs du setup expérimental.

«Tout ce qui touche à la consommation et à la récupération de l’énergie est un sujet important dans le contexte actuel de société. Nous souhaitons proposer un projet qui mêle des compétences de base en vibrations, mon domaine de recherche et d’enseignement, aux questions de la récupération d’énergie, de la durabilité», explique Arnaud Deraemaeker, coordinateur scientifique du projet.

Micro alternative verte

Objet de recherches de plus en plus suivies depuis une quinzaine d’années, la conversion des vibrations d’une structure en électricité offre aux étudiants une approche originale de l’énergie verte... «Le contexte n’est évidemment pas de remplacer des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes. Les énergies que nous allons chercher sont plus petites. C’est une alternative quand le reste n’est pas possible. Par exemple, dans un lieu où il n’y aurait ni lumière ni vent, et qui aurait un environnement vibratoire, nous pourrions récupérer de l’énergie pour faire fonctionner des systèmes autonomes, comme des capteurs sur une structure pour le suivi de l’évolution de la température. Cette technologie permet de se passer des batteries, qui posent souvent problème dans ce genre d’application, dans le cas d’un suivi sur le long terme, en raison de la nécessité de les remplacer.»

Riche en enseignements

L’objectif de l’exercice demeure bien entendu de tester les connaissances des étudiants, par la mise en pratique de celles-ci. L’énergie vibratoire répond amplement à ce souci, comme le précise Arnaud Deraemaeker... «Ce projet est notamment lié au cours de Physique générale de première, dans lequel ils apprennent tout ce qui est théorie des systèmes oscillants à un degré de liberté, avec le principe de fréquence de résonance. Il introduit aussi des notions liées à la résistance des matériaux: comment construire un système ayant les propriétés vibratoires, avec la raideur et la masse utiles pour osciller à la bonne fréquence? Ensuite, viennent bien entendu les notions de base d’électricité: comment convertir à l’aide d’un transducteur électromagnétique l’énergie mécanique en énergie électrique? Ce sont les mêmes principes physiques que pour l’éolien, si ce n’est que nous avons ici un mouvement vibratoire, plutôt que rotatif.»

Hugues Henry
Date(s)
Le 11 octobre 2021